Parlons humanitaire

L'humanitaire, société

Avant toute chose, il est important de connaître l’histoire phare sur l’humanitaire. Remontons ensemble le temps, plus précisément en 1859. Cette année-là, une bataille a eu lieu et des milliers de soldats avaient perdu la vie, certains étaient grièvement blessés et se trouvaient entre la vie et la mort (autrichiens, italiens, français). Aucune assistance n’avait été mise en place pour secourir les blessés. 

Et grâce à un homme, autrichien, Henri Dunant, les soldats ont été soignés. Et comment ? Lors de sa rencontre avec l’empereur Napoléon III, il découvrait sur le chemin emprunté, des blessés de guerre dans un état critique. Au-delà des uniformes de soldat, il voyait des humains, qui avaient un besoin d’assistance vital.

 Il fut choqué, horrifié par la non-assistance de ces hommes à terre agonisants. Il décida de retrousser chemin pour mobiliser des habitants des villages environnants, pour apporter une réelle assistance pour secourir ces blessés. Ce fut une expérience très traumatisante pour lui et il prit la décision de mettre en place des équipes de secours durant les guerres, avec la mise en place en 1863 de la fondation de la croix rouge.

Ainsi, les bases de l’humanitaire venaient d’être posées. Apporter son aide, son assistance, sans discrimination, avec amour et bienveillance. Faire abstraction de l’appartenance, raciale et sociale, pour laisser parler son humanité

L’humanitaire est avant tout une aventure très forte en émotions et qui parfois peut vous transpercer l’âme. Elle vous transforme et vous offre une autre vision de la vie. C’est un don de soi qui doit venir du cœur.

Pour certains, c’est une vocation, une mission de vie depuis le berceau, ces personnes remplies d’amour et de bienveillance, qu’on rencontre qui offre leur vie pour les autres. 

Faire de l’humanitaire, ce n’est pas seulement donner, mais poser des actions, c’est faire un geste envers l’autre, en offrant de son temps, de son amour et de sa bienveillance.

Nous avons tous une part de nous qui voudrait apporter de l’aide à travers l’humanitaire avec bienveillance à des enfants qui vivent de l’autre côté de la frontière. Et il existe plusieurs associations, ONG, qui vous permettent de poser des actions via le bénévolat sur le terrain, ou via des dons financiers.  

Mais avant d’écouter cette part de vous même, il est primordiale que vous sachiez que chaque action de votre part vers l’humanitaire est une réelle bénédiction pour ceux qui reçoive de votre part et pour vous.

Et vous quelle est votre définition de l’humanitaire?

A bientôt pour un nouvelle aventure humanitaire.

Vis ta passion avec modération

Vis ma vie d' Entrepreneuse

Je profite du calme et des vacances pour revenir en douceur sur le blog. Cet univers m’apaise, je m’évade ici, tout en partageant avec vous mes pensées les plus intimes et les plus sincères.

Auparavant, ce blog n’était pas dédié au public, il était mon petit jardin secret que je fleurissais avec mes mots, adjectifs, parfois maladroitement conjugués.

Mais mon jardin avec le temps était devenu trop grand pour moi seule.

Et, un jour, j’ai décidé de donner l’accès au public, pour découvrir, les plus belles fleurs de mon jardin.

Parfois, on y trouve des mauvaises herbes, il n’est pas parfaite. mais il est chaleureux à découvrir.

Sinon, j’espère que vous allez bien, c’est le calme plat.

J’ai enfin mes week-ends de libres, au début, ce fut une vraie frustration.

Je n’ai pas l’habitude du calme, plus précisément à rester coucher dans mon canapé devant la télévision, sans rien faire.

Mais aujourd’hui, c’est bien différent, il fait très beau dehors, je suis encore en pyjama, l’envie de sortir profiter du beau temps ne me vient même pas à l’esprit. Je suis soucieuse, de ma collection d’hiver, soucieuse de la direction que ma marque Wiwie, est en train de prendre, soucieuse de l’aménagement de la maison avant la vente, enfin soucieuse de tout.

Je me pose des milliers de questions sur le futur, sur la société. Oui, lorsque je ne suis pas occupé avec mes mains, c’est ma tête qui prend très cher, car les pensées fusent.

Pourquoi ? Je ne sais pas, normalement, je devrais juste me poser dans le jardin et siroter un bon smoothie ou prendre mon sac de sport pour aller courir un peu, mais hélas, je me sens vide. Là où je devrais me sentir heureuse et comblée, je me sens triste au fond de moi. Là où je devrais être excitée de voir ma marque décollée, je me sens en panique.

Ça, c’est moi, oui Natacha Lawson, toujours soucieuse et jamais satisfaite, toujours à vouloir mettre la barre haute. Oui, c’est moi, mais pour vous dire la vérité, je suis fatiguée d’être moi, fatiguée d’être autant passionnée.

J’aimerais m’arrêter, faire une petite pause, c’est ce que je fais en ce moment lorsque je me saisis de ma plume pour me confier à travers ces quelques mots.

Aujourd’hui, je vais rester en pyjamas toute la journée. Je ne compte pas sortir du week-end, même pas pour profiter du soleil dans le jardin, non.

je vais prendre le temps de faire du tri dans mon armoire, préparer mes valises pour les prochaines destinations, car bientôt je vais à la rencontre des milliers de regards d’enfants dans 4 pays, pour semer un peu de pépite.

Je vais prendre des nouvelles des proches qui ne me voient qu’à travers les réseaux, prendre le temps aussi de répondre aux sms qui attendent.

Et donner des nouvelles surtout à maman qui s’inquiète et surtout qui demande quand est-ce que sa petite fille ou petit fils va pointer le bout du nez (nos mamans son tellement pressées lorsqu’on passe le cap de la trentaine).

Voilà, mais avant je voudrais partager avec vous mes réflexions autour du

« cercle vicieux de la passion ».

Depuis décembre 2018, mes journées ont défilé à une vitesse incroyable, entre Pépite d’Espoir, Wiwie et ma vie privée.

Le temps de m’en rendre compte, on est déjà à la moitié de l’année. Subitement, j’ai pris conscience que j’ai réalisée 1 an de travail en 6 mois. C’est flatteur, mais à quel prix ? Comment est-ce possible de se donner autant dans ses projets ? comment est-ce possible ? Je ne sais pas. Peut-être la passion, car elle me donne l’énergie pour me surpasser autant. Elle fait vivre mes projets. Elle me donne des ailes, je dirais.

Mais elle n’a pas seulement que des avantages, sinon, ce serait trop simple. Elle m’épuise énormément, à force d’avoir autant d’énergie.Elle m’envahit énormément au point de prendre la place des personnes chères à mon cœur. Ces 6 mois sont passés, je n’ai rien vu passé, les petits plaisirs de la vie m’ont échappé.

Aujourd’hui, je suis assise là et à me demander :

«  quand j’ai perdu le contrôle sur la vie », à quel moment les choses simples de la vie m’ont échappé ? ».

«  à quel moment, j’ai sacrifié les petits plaisirs, moment de la vie contre ma passion?« 

Je ne sais pas, je ne trouve pas la réponse, mais les 6 mois à venir m’appartiennent et je vais en faire les plus beaux de l’année. Je vais les chérir, je vais les savourer avec mes proches.

Mais avant, je dois préparer mon petit coeur à recevoir des milliers d’émotions et mes yeux à accueillir des milliers de larmes dans la nouvelle aventure qui va bientôt démarrer auprès des enfants de mon association Pépite d’Espoir.

La passion sera toujours présente, et me fera toujours vibrer, mais il faut que j’apprenne à la vivre avec modération.

La passion n’est ni une bonne ou mauvaise chose, elles tout simplement la définition que vous souhaitez lui donner. Soyez maître de votre vie.

Si vous me suivez sur Instagram, vous comprendrez le sens de mes mots aujourd’hui.

A bientot