Tu t’es déjà posé la question de savoir si tu étais slim ou curvy ou autre ?

Moi, oui, surtout avec la montée en puissance de la mode curvy, qui nous vient directement des États-Unis.
Avant tout, il est nécessaire de comprendre qu’une femme curvy est celle qui s’assume, sans pour au tant se sentir obligée de tomber dans la vulgarité. Être curvy n’est pas seulement une question de mode, c’est plus profond que ça.

Ne nous voilons pas la face, car le regard de tout le monde ne changera pas. C’est comme l’esclavage, avec l’abolition en 1848 par Victor Schoelcher.

On aurait cru à un vrai changement mais hélas, on assiste encore et toujours, de nos jours ( plus de 150 ans après) à plusieurs formes d’esclavage ( actuellement en Libye).
Il y aura toujours dans une société où « être ronde restera toujours problématique ». Les préjugés demeurent toujours malgré l’évolution.

Si chacun se sentait super bien dans sa peau, il y aurait beaucoup de personnes qui se retrouveraient sans emploi et surtout des métiers qui disparaîtraient : diététicienne, nutritionniste, chirurgiens etc…

Les médias depuis la nuit des temps nous ont dessiné une morphologie parfaite de la femme. Ohhh oui, the perfect women should be slim forever.

La femme doit être mince, car selon notre société, être curvy mettrait en danger notre santé. Alors nous devrions avoir comme compagnon de vie le sport, une bonne alimentation et surtout « 5 fruits et légumes par jour » accompagnés de notre meilleure amie « l’eau ».

Comment peut-on donc vivre avec cette pression lorsqu’on naît curvy? Lorsque c’est génétique? Lorsque le regard des autres devient destructeur? Devrions nous aller engueuler nos parents ou notre Dieu pour notre morphologie? Why not.

Ces publicités ont bien envahi notre société, les vitrines, les magazines et ont fini par créer des complexes destructeurs chez une partie de la gente féminine.

Ceux ci ont fini par les pousser à l’anorexie, la dépression en passant par des moqueries au suicide. En bref on passe de la pub à la tombe.

Aujourd’hui, nous avons bel et bien deux catégories qui se battent en duel avec pour arbitres, des diététiciennes, des médecins des sociologues, des psychologues d’un côté et de l’autre des stylistes, modélistes, agences de mannequinat, les medias.

Mais des questions me taraudent depuis la montée en puissance de la mode curvy pour contrer la vision d’être slim à tout prix :

Si tu n’es ni slim, ni curvy, tu es quoi? Normale ?

Quelle serait donc dans ce cas la réelle définition d’une morphologie normale: X ? V? H? Et pourquoi pas Z, pendant qu’on y est.

Je n’ai pas de réponse, alors je suis totalement preneuse de la définition de chacune.

Grande, petite, curvy, mince, pulpeuse………..
Personne ne se trouve réellement parfaite.
L’essentiel, réside dans l’auto satisfaction par le biais de celle qu’on regarde de l’autre côté du miroir. Avec cette auto satisfaction, tu n’as pas besoin de rentrer dans une catégorie pour être heureuse.

3 commentaires

  1. L’envie d’entrer dans une case, c’est du moins ce que la société nous fait croire. Moi je ne fais partie d’aucune case je n’en cherche pas vraiment à savoir à quoi je peux correspondre. Vivre c’est déjà pas mal

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s